laloge

rap fr 2020

le bilan

dossier

03 janvier 2021 par Angèle, Toinan et Alxs

Si 2020 a été particulière pour le monde entier, elle l’a également été pour le rap francophone. Alors que le début de l’année semblait plutôt calme au niveau des sorties, on assiste depuis quelques mois à une très (trop) grande abondance de projets chaque semaine ; et si une uniformisation des formats et des styles se fait sentir de plus en plus, on profite aussi de projets singuliers qui en plus de s’éloigner des codes du mainstream jouissent à la fois d’un succès commercial et d’estime. En l’espace de douze mois on a pu se divertir avec une téléréalité basée sur des rappeurs qui fument de la drogue, on a pu redécouvrir que des personnes arrivent encore à ne pas rapper dans les temps (surement parce qu’ils sont youtubeurs), on a aussi pu observer qu’une jeune chanteuse de 16 ans pouvait sortir un meilleur album que des artistes en place depuis plusieurs années mais on a également pu voir un collégien s’impliquer plus dans ses vidéos de première écoute que certains médias rap dans leurs articles.

Ainsi, un an s’est écoulé depuis notre dernier bilan, et il est donc temps de faire un point sur ce qui a marqué cette nouvelle année pour le rap français. Comme on aime le préciser à chaque édition, cet article n’est ni un top ni un classement mais plutôt une sélection subjective d’œuvres et d’artistes qui ont marqué l’année.


albums

de l'année

Laylow - TRINITY (cover)

TRINITY

Laylow

Impossible de revenir sur l’année qui vient de passer sans parler de TRINITY, car s’il est compliqué d’affirmer qu’il s’agit du meilleur album de 2020 on peut tout de même dire avec certitude qu’il s’agit d’une immense réussite. Se plaçant à la fois comme le prolongement et l’aboutissement de l’univers que l’artiste crée autour de lui depuis le début de sa carrière, il s’agit du projet de Laylow le plus poussé artistiquement. Avec cette œuvre originale, le rappeur démontre qu’il maîtrise totalement sa musique et ses ambiances mais aussi qu’il sait parfaitement exploiter ses idées et ses concepts tout en transmettant des émotions avec une justesse inouïe. Important pour l’artiste lui-même mais aussi pour la scène rap francophone dans son ensemble, ce disque s’avère également avoir été une expérience marquante pour beaucoup d’auditeurs et est la preuve que l’innovation et la singularité ne sont pas incompatibles avec un succès commercial.

Lous and The Yakuza - Gore (cover)

Gore

Lous and The Yakuza

Avec un premier extrait dévoilé plus d’un an avant sa sortie et d’autres tout au long de l’année, Lous and The Yakuza avait bien préparé l’arrivé de son premier album : Gore. Sorti en septembre, cet album à l’univers plutôt sombre teinté d’espoir, laisse l’artiste dévoiler sa personnalité au fil des morceaux. Accompagné d’une esthétique forte dans les visuels de l’album, Gore est pluriel, tant par les textes et les instrus, que par la façon de poser de Lous. Ainsi on retrouve des sonorités variées, Gore est un album influencé par la musique du monde entier, celle qui se définie comme artiste hip-hop navigue habilement entre rap et chant. Avec un album personnel, Lous nous plonge au cœur de ses pensées, de ses problèmes, de ce qu’elle a pu voir et vivre dans sa vie. L’artiste n’a pas peur de dire ce qu’elle veut, et permet donc la création de morceaux poignants. Projet varié restant cohérent, ce premier album est une réussite.

Népal - Adios Bahamas (cover)

Adios Bahamas

Népal

L’année 2020 a commencé très fort avec Adios Bahamas, le premier album de Népal, sorti le 10 janvier. Malgré la tragique disparition du rappeur en novembre 2019, son équipe partage cet album de douze titres selon les modalités qu’il avait fixées. Il était très attendu par le public de Népal. Dans Adios Bahamas, l’artiste nous régale encore une fois avec un flow technique et des paroles poétiques pleines de sagesse. Il donne des conseils de vie à ses auditeurs et fait des références spirituelles. On retrouve aussi son penchant pour la culture asiatique, aussi bien dans les textes que dans les quelques clips qui sont sortis pour illustrer ce premier album. Les textes philosophiques sont impeccablement accompagnés par des instrumentales joyeuses, comme dans le morceau « Sundance » par exemple. Tout cela donne à Adios Bahamas une atmosphère légère et sereine, ce qui peut surprendre quand on connaît les autres projets de Népal.

Damso - QALF (cover)

QALF

Damso

Alors que les plus fervents fans de Damso l’attendaient depuis plusieurs années, c’est en septembre dernier que le tant attendu QALF a vu le jour. Comme à son habitude le rappeur nous offre un album aux musicalités riches et maîtrisées où les prods sont plus que soignées et les textes plus que travaillés. Pourtant ce nouveau projet se distingue particulièrement du reste de la discographie de l’artiste. En effet, on y retrouve un Damso complétement apaisé, sincèrement humble et totalement libre. Cet album est donc loin de ne se résumer qu’à la musique : l’artiste a parfaitement réussi à transmettre son bonheur, sa passion, sa fierté et sa positivité à travers. Ainsi, au-delà d’être un excellent album, QALF est une véritable philosophie profondément inspirante.

13 Block - BLO II (cover)

BLO II

13 Block

Alors que l'on voyait des featuring de tous les membres du groupe sortir un peu partout, les rappeurs de 13 Block annoncent leurs retours seulement trois semaines avant la sortie de leur nouvel album : BLO II. Ainsi ce nouvel opus est bien dans la continuité du premier sorti un an et demi auparavant, d'abord par sa pochette, montrant une évolution et une ascension du groupe, mais également par ses thématiques récurrentes. Contrairement à BLO, le groupe sevrannais invite dans cet album les têtes d'affiches du rap français actuel, et même si à l'annonce de ces featurings on peut rester quelque peu dubitatif face à cette formule trop générique, il s’avère finalement que la grande force de BLO II est d'avoir réussi à créer ce que l'on n'entend nulle part avec ceux que l'on entend partout. Surtout, les rappeurs font le choix intéressant de ne pas être les quatre présents sur chaque morceau du projet, cela permet de garder une dynamique intéressante en évitant trop de redondance ; cette émancipation a notamment permis à Stavo de développer d’avantage son univers et d’impressionner tout le monde. 13 Block réussit donc à éviter les erreurs auxquelles on aurait pu s’attendre tout en continuant de nous offrir une trap de qualité comme ils savent si bien le faire.

eps / mixtapes

de l'année

Infinit' - Ma vie est un film II (cover)

Ma vie est un film II

Infinit'

Sept ans après le premier volume, Infinit’ revient avec Ma vie est un film II. Alternants entre bangers, ambiances estivales et morceaux plus personnels, l’artiste nous offre une multitude de flows et de thèmes différents, le tout formant un projet très diversifié avec néanmoins une réelle harmonie d’ensemble. Le rappeur niçois est à son plus haut niveau : il nous rap son quotidien, ses rêves et ses pensées avec une technique stupéfiante et une aisance époustouflante. Avec une exceptionnelle sélection d’invités et une maîtrise totale de son art, Infinit’ nous montre qu’il s’est perfectionné dans ses domaines de prédilection, mais aussi qu’il n’a pas peur de s’essayer à de nouveaux styles. Efficace et sensationnel, ce nouveau projet nous prépare à son premier album qui pourrait bientôt voir le jour.

Swing - ALT F4 (cover)

ALT F4

Swing

Le 7 février 2020, Swing, membre du groupe belge L’Or du Commun, sort son deuxième EP intitulé ALT F4. En sept morceaux, il dévoile un rap mélodieux empreint de sonorités soul et R’n’B. Certaines instrumentales se rapprochent même plutôt de la pop. De plus, Swing fait partie des rappeurs qui savent particulièrement bien chanter, ce qui donne lieu à des refrains de grande qualité. Chez lui, la voix est un instrument à part entière. ALT F4 est donc un projet éclectique qui vaut le détour. Cette ouverture à d’autres styles de musique se voit aussi dans les featurings. En effet, sur l’EP on entend Swing aux côtés d’Angèle, de Duñe ou de Némir. Tout auditeur peut donc y trouver son compte. Pour finir, dans ses textes, l’artiste laisse une grande place à l’introspection ; le projet s’écoute donc plutôt dans une ambiance chill.

Limsa d'Aulnay - Logique, Pt.1 (cover)

Logique, Pt.1

Limsa d'Aulnay

Après une superbe Grünt à son nom en début d’année, Limsa dévoile Logique, pt.1 le 3 juillet. Alors qu’il n’avait pas sorti de projet depuis 2015, le rappeur d’Aulnay sous-bois nous livre ici un cinq titres extrêmement efficace. Même si son rap est plutôt sérieux et parfois rempli d’émotion, Limsa parvient tout de même à placer subtilement des moments plus légers et quelques phrases comiques, le tout lui permettant alors d’avoir un style unique et très singulier. Sachant manier les punchlines à la perfection, ses talents de kickeur et de divertisseur ne sont plus à prouver. On peut également mentionner la seconde partie de cet opus sortie début décembre qui est elle aussi d’une qualité remarquable avec en plus de très bons featurings.

Mairo - 95 monde libre (cover)

95 monde libre

Mairo

Mairo nous livre son deuxième projet, 95 monde libre, le 24 janvier. Avec beaucoup de créativité et d’adresse, le membre de SWK offre ici un projet très divertissant dans un style plutôt singulier. En nous livrant des performances sensationnelles, Mairo fait ici preuve d’un talent remarquable pour créer des ambiances et trouver de nouveaux flows mais aussi pour rapper efficacement sur tout type d’instru. Entièrement produit par son frère Hopital, ce dix titres nous montre que le duo fonctionne à merveille et que chacun d’entre eux maitrise parfaitement son univers. Rempli d’égotrip et de références en tout genre, ce projet s’avère être à la fois innovant et accessible.

Zuukou Mayzie - Primera Temporada (cover)

Primera Temporada

Zuukou Mayzie

Après avoir sorti plusieurs projets, Zuukou Mayzie confirme son talent avec Primera Temporada. Compilation de morceaux sortis indépendamment, ce 5ème projet présente une belle palette de tout ce que sait faire l’artiste. Allant de la découpe avec ses compères du 667, sur des morceaux comme « Qui-Gon Jinn » (feat Freeze Corleone) ou « Docteur Lulu » (feat Osirus Jack), au très planant « Vincent », le rappeur continue d’expérimenter et de toucher à tout. Un réalisateur américain, un personnage d’une émission belge des années 80, un véhicule futuriste, la mort d’une grande artiste R’n’B, et beaucoup d’autres : c’est avec beaucoup de références à la pop culture que cet enfant du net comme il le dit lui-même, écrit ses textes. Nombreuses sont les influences avec lesquelles Zuukou Mayzie compose sa musique, et cela se ressent dans la diversité du projet. Avec la capacité de pouvoir performer dans divers styles, le membre de la LDO présente un très bon projet appelant à une suite prochaine.

clips

de l'année

Népal - Sundance

C’est début septembre que nous est dévoilé le visuel de « Sundance », un clip à l’image du morceau qu’il illustre : sincère, touchant, beau. On y retrouve Nekfeu qui y joue la personne qu’il serait devenu s’il n’avait pas connu le succès. Cette idée originale vient de Népal lui-même et a été mise en image par Syrine Boulanouar ; le morceau a quant à lui été produit par Diabi. Ainsi, en plus d’être d’une grande qualité, ce clip est une belle représentation de ce qu’a toujours aimé faire Népal : travailler avec ses proches et produire des œuvres captivantes et émouvantes.

Makala - Babino

Makala nous a offert cinq magnifiques clips cette année, et celui du morceau « Babino » est sans doute le plus marquant. Avec une mise en scène soignée, des décors simples et quelques plans fixes, le collectif genevois Exit Void, qui a réalisé ce clip, a réussi à créer un visuel à la fois très minimaliste et plein de personnalité. Recherché et original, ce clip s’avère être très efficace, et ce n’est bien sûr pas sans compter sur le Mak et son attitude totalement décomplexée qui s’amuse et joue avec son personnage.

Le Motif - Playlist

C’est le duo Ady & Matt qui a été chargé de réaliser le clip de « Playlist », le premier morceau solo du Motif. A travers un plan séquence parfaitement chorégraphié, on assiste à une succession de tableaux et de mini-scènes avec une agréable fluidité, le tout dans un décor remarquable et une atmosphère chaleureuse. Avec des images marquantes et une mise en scène soignée, ce clip se place assez naturellement parmi les meilleurs de l’année.

Duñe / Crayon / Ichon - Pointless

Ichon s’est particulièrement fait remarquer avec les nombreux visuels qu’il a sorti cette année ; et s’il a l’habitude de nous offrir des clips très originaux, ses amis Duñe et Crayon ne le font pas moins bien et le prouvent en clippant « Pointless », leur morceau commun. A travers une histoire fantastique passionnante, la réalisatrice Alice Kong réussit parfaitement à retranscrire l’énergie du son en image. Alors que les clips, comme les albums, ont tendance à s’uniformiser, on ne peut que souhaiter que les vidéastes n’aient pas peur d’expérimenter comme il l’a été fait ici.

rappeurs

de l'année

Freeze Corleone (photo)

Freeze Corleone

S’il ne fallait retenir qu’un seul nom de 2020 c’est bien le sien. Freeze Corleone est sans aucun doute l’artiste de l’année, car si son album LMF est mémorable, la multitude d’apparition que le rappeur a fait ne sont pas moins marquantes. Même s’il a profité de certaines polémiques pour en faire de la promo, Freeze est la preuve qu’un artiste peut se hisser parmi les plus grandes têtes d’affiches presque uniquement avec sa musique. Comme quelques autres artistes ayant sorti un projet cette année, sa présence a été indispensable pour ramener un véritable vent de fraicheur sur la scène rap qui commençait a sérieusement en avoir besoin. Avec une nouvelle actualité presque toute les semaines, Chen Zen a été omniprésent durant toute l’année et a réussi une ascension phénoménale. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont Freeze Corleone a obtenu un tel succès, on vous invite à jeter un œil à notre dossier qui y est consacré.

Le Motif (photo)

Le Motif

Alors que son impact dans le rap francophone se fait ressentir depuis déjà quelques années, c’est bien en 2020 que le Motif a lancé sa carrière solo en tant que rappeur. S’il a réussi à égayer notre confinement avec la conception de son morceau « Next » et de son clip, ainsi que notre été avec son défi Un son par jour, ce n’est pas avec moins de talent et de créativité qu’il a su marquer le reste de l’année. Avec son projet Première Partie (et sa réédition), la création de vêtements originaux, un court-métrage entièrement réalisé en 3D mais aussi des apparitions dans les médias toujours pertinentes, Le Motif a parfaitement réussi à être présent tout au long de l’année et a redoublé d’effort pour s’adapter à la situation tout en proposant un contenu à la fois original et intéressant.

beatmakers

de l'année

PH Trigano (photo)

PH Trigano

En ayant notamment produit pour Geeeko, Swing, Tengo John, Primero, Slimka ou encore Rad Cartier, PH Trigano se place assurément parmi les producteurs les plus marquants de l’année. Avec un vraie touche personnelle, le musicien apporte une réelle modernité dans les instrumentales sur la scène rap francophone, et il l’a prouvé en produisant la quasi-totalité des morceaux de Pour de vrai, le premier album d’Ichon ; on aura également pu l’apercevoir dans le splendide Colors de Lala &ce.

Flem (photo)

Flem

Difficile ne pas marquer les esprits quand on est présent derrière chacune des apparitions du rappeur le plus prolifique de l’année ; et alors qu’il aurait pu rester piégé dans l’ombre de Freeze Corleone, Flem a lui aussi profité d’une grande mise en lumière et a brillé face au public. En ayant participé à la majorité des instrumentales de LMF, le producteur montre que le succès de cet album est aussi dû à lui. On aura également pu le retrouver sur le projet S/O le Flem de Django qu’il a entièrement produit et qui lui est dédicacé.

Twinsmatic (photo)

Twinsmatic

Cette année, on aura également eu droit au retour de Twinsmatic, qui n’est désormais plus un duo. En plus d’avoir produit pour quelques artistes comme Dinos, Gianni ou Frenetik, il nous a livré son album ATLAS le 17 avril dans lequel il a invité une multitude d’artistes. L’originalité des instrumentales et la fluidité entre chaque morceau permet au projet d’avoir une vraie cohérence et de créer une véritable atmosphère. Ainsi, ce ne sont pas seulement ses capacités à faire des prods que l’on applaudit mais aussi son talent de réalisateur d’album.


2020 est donc maintenant derrière nous. Si certains albums ne vont pas être oubliés de sitôt, ce n’est pas le cas de tous les projets qui ont vu le jour durant ces douze derniers mois et ce n’est pas forcement faute de qualité. Le rap français semble continuer à être aussi prolifique qu’avant, une bonne nouvelle qui ne doit pas pour autant être une raison pour oublier rapidement tous les plus petits artistes qui ont eux aussi su marquer cette année. On vous invite donc à découvrir ou à redécouvrir les différentes œuvres citées dans cet article, mais aussi à suivre les artistes pour pouvoir être au courant de leurs prochaines sorties.

contenu similaire