laloge

Rap francophone 2021

la rétrospective

04 janvier 2022

Innovant, productif et toujours aussi populaire, le rap francophone de 2021 a été très riche. Si les retours d’artistes déjà installés comme Orelsan, Booba ou encore Ateyaba ont su marquer l’année, elle a surtout été rythmée par l’omniprésence de toute une génération de jeunes rappeurs. Avec la productivité de Tedax Max, So La Lune ou Bakari, et les apparitions plus discrètes mais pas moins impactantes de Khali, Moussa ou encore Tuerie, ce sont bien les rookies qui ont su retenir notre attention. Année de la confirmation pour Laylow, de la consécration pour Gazo, ou de l’ascension pour Frenetik, 2021 a une fois de plus montré la créativité débordante qu’ont les artistes et leur équipe. Avec des formats courts qui se font de plus en plus présents et cohérents même pour les têtes d’affiches, le milieu a su continuer à proposer des idées originales pour s’adapter aux crises qu’il rencontre. Retour sur l’année rap 2021 avec notre sélection des sorties les plus marquantes.


Les plus marquants

Georgio - Sacré (cover)

Sacré

Georgio

On ne l’avait presque pas entendu depuis la sortie de son album XXV et s’il a passé les deux dernières années à voyager que ce soit pour les concerts ou pour les vacances, il a surtout profité de ce temps pour prendre du recul et pour vivre. Ainsi en plus de marquer ses dix ans dans le rap, ce quatrième album, véritable hymne à la vie et à la liberté, semble être important pour la carrière du rappeur. Si on a parfois pu dire que Georgio s’essayait au rock ou à la variété, ici il nous montre qu’il a parfaitement digéré ses influences et a réussi à créer sa propre musique. Marqué par une profonde sincérité, par des interprétations fortes et par des textes touchants, cet ADN musical le représente bien. On y ressent bien évidement les fondements rap sur lesquels s’est construit l’artiste, mais on y voit aussi une multitude d’éléments provenant d’autres genres. Riche dans ses sonorités, varié dans ses ambiances et juste sur chaque titre, ce nouveau projet est sans doute le fameux « album de la maturité » de Georgio et nous présente un homme profondément serein et confiant. Avec des collaborations plus que réussies, une musicalité aboutie et un style très personnel, Sacré est un sans-faute.

Lala &ce - Everything tasteful (cover)

Everything Tasteful

Lala &ce

Après avoir dévoilé l’excellent « Parapluie » sur Colors en fin 2020, Lala &ce a placé la barre haute dès le début de l’année en dévoilant Everything Tasteful, son premier album. Dans la continuité de son projet précédent, la rappeuse propose un rap diversifié alternant entre sons trap et morceaux mélodiques. Meilleure que la concurrence et toujours prête à être romantique pour ses nouvelles conquêtes, Lala &ce a aiguisé sa diction tout en gardant sa multitude de flows. Album complet au son organique, Everything Tasteful a su apporter une dose de sensualité au rap francophone de 2021. Touche à tout dans ce jeu, Lala &ce s’affirme et se précise musicalement ; et avec l’aide d’invités loin d’être génériques, ce premier album réussi à gommer un peu plus les frontières de genre et de langue. On peut également souligner de belles apparitions sorties à la suite de l’album qui viennent compléter une année réussie pour Lala &ce.

La Fève - ERRR (cover)

ERRR

La Fève

Acclamés par son public tout au long de l’année, ses nombreuses apparitions en featurings ont fait grand bruit malgré sa discrétion. La Fève a fait son retour en solo fin octobre avec « Mauvais Payeur », un banger puissant et original, premier extrait du projet ERRR qu’il dévoilera quelques semaines plus tard. Si on peut applaudir ses featurings sensationnels, son efficacité déconcertante, sa remarquable fluidité entre chaque titre ou encore son exceptionnelle atmosphère à la fois cohérente, surprenante et parfaitement maîtrisée, ce qui est vraiment important avec ce projet, c’est ce qu’il symbolise. Avec ERRR, La Fève se place directement comme le porte-étendard de toute une génération de rappeurs, de beatmakers et d’artistes en tout genre qui débordent de créativité. Si cette nouvelle mixtape n’est pas une représentation parfaite et objective de ce mouvement, elle est néanmoins, et sans aucun doute, la preuve parfaite de l’ampleur du potentiel et de l’ambition de ces jeunes artistes, et annonce l’élan d’innovation et de modernité que le rap va connaître dans les prochaines années.

Nos coups de cœur

Sheldon - Spectre (cover)

Sheldon - Spectre

Pour son deuxième album, Sheldon nous surprend et s’éloigne de la fiction pour nous emmener vers des aspects intimes de sa vie. Il fait part de ses angoisses existentielles et montre l’étendue de son talent en rappant sur tous types d’instrumentales. En dépit du caractère très personnel de Spectre, le rappeur de la 75e session s’ouvre à des featurings qui tranchent avec les morceaux introspectifs. L’atmosphère globalement mélancolique du projet permet d’apprécier les dix-neuf titres en les écoutant d’une seule traite.

Hiba - Ce que la Lune doit au Soleil (cover)

Hiba - Ce que la Lune doit au Soleil

Toujours entre rap et chant, le duo strasbourgeois nous offre par surprise un projet dans la continuité musicale du précédent. Les deux frères abordent notamment leur rapport au rap, entre parfois une envie de succès et souvent une difficulté à le faire sérieusement, ils essaient de lutter contre la paresse pour pouvoir exister. Avec complémentarité, Amor et Isma partagent une autre grande thématique : les femmes. Ils profitent donc de ces six titres pour exprimer leurs erreurs, leurs regrets, et leurs faiblesses, toujours dans une ambiance calme et mélodieuse.

Daejmiy - SAW O (cover)

Daejmiy - SAW O

Avec son univers sombre, son charisme naturel et son talent de kickeur, Daejmiy pourrait facilement surfer sur la tendance de la drill ; mais c’est dans la désormais tradition des bangers genevois qu’il a décidé d’inscrire son tant attendu premier projet. Le rappeur nous livre ici neuf titres explosifs clairement inscrits dans le style de la SuperWak Clique. Si les morceaux sombres aux textes incisifs semblent être son terrain de jeux, il n’hésite pourtant pas à proposer des ambiances plus dansantes, à ajouter des voix féminines ou même à pousser la chansonnette. Style original, prises de risques , morceaux entrainants et diversifiés : avec SAW O Daejmiy confirme largement nos attentes.

Rowjay - Carnaval de Finesse 2 (cover)

Rowjay - Carnaval de Finesse 2

Cinq ans après le premier volume, Rowjay est venu frapper un grand coup en fin d’année avec Carnaval de Finesse 2 : Les chroniques d’un jeune entrepreneur. Le jeune finesseur nous livre un projet d’une grande qualité où egotrip et introspection se côtoient tout du long. Les productions sont excellentes et permettent au rappeur québécois de dévoiler toute sa technique et son talent. Les nombreux featurings viennent compléter l’album de manière très juste et diversifient l’ensemble.

Jeune Austin - 720p (cover)

Jeune Austin - 720p

C’était à quelques jours de la sortie de ce projet que Jeune Austin se confiait à nous sur son ambition et sa volonté de réussir, et il semblerait que 720p lui ait permis de se rapprocher de son but ! Faisant suite à 480p sorti quelques mois plus tôt, ce nouvel EP nous offre une musique plus riche, plus touche-à-tout. Sans ne jamais avoir peur de toucher au rock, à la pop ou même au Rnb, Jeune Austin slalome entre les genres et se les approprie à la perfection. A la fois innovant, moderne et varié, c’est un projet bien produit, efficace et original que nous a partagé le rappeur strasbourgeois.

Zinée - Cobalt (cover)

Zinée - Cobalt

Naturellement triste, Zinée sait désormais qui elle est vraiment. Elle arrive finalement à trouver sa place dans ce monde qu’elle ne comprend pas encore totalement, et peut désormais s’affirmer. La rappeuse de la 75e Session voit les choses en face, et se persuade qu’elle est la meilleure, c’est grâce à cette prise de confiance qu’elle peut toujours aller de l’avant, ce qui se traduit dans sa musique par de nombreuses phases égotrip. Epaulée par deux featurings cohérents et surtout par Sheldon aux productions, Zinée brille dans la grisaille et devient plus forte tout en conservant sa sincérité.

Ce qu'il ne fallait pas louper

Deen Burbigo - OG SAN (cover)

OG SAN

Deen Burbigo

Si on a pu avoir quelques réserves sur son dernier album l’année dernière, ce nouveau projet s’avère quant à lui être une vraie réussite. Le rappeur nous livre un huit-titres terriblement efficace, un véritable condensé de démonstrations techniques. Des morceaux percutants, des textes débordant de punchlines, des instrumentales parfaitement exploitées : Deen a trouvé le format idéal pour déployer l’étendue de son talent.

Théodore - Viva la musica (cover)

Viva la musica

Théodore

Probablement notre meilleure découverte de ces derniers mois, Théodore nous a dévoilé son premier projet cette année. Avec ses morceaux courts et très atmosphériques, Viva la musica nous présente efficacement le style du rappeur qui parvient habilement à mélanger son flow calme avec des instrumentales originales et variées. Un projet de cinq titres très prometteur, qui nous plonge dans l’univers mélancolique de l’artiste et lui en fait une parfaite carte de visite.

Mad Rey - B.R.O(cover)

Joe Da Zin

Mad Rey & Jwles

Véritable passerelle entre les genres, « Joe Da Zin » marque une collaboration singulière entre le rappeur Jwles et le producteur de house Mad Rey, dernièrement signé sur le label Ed Banger. Extrait du très bon EP B.R.O de ce dernier, cette rencontre entre les deux artistes permet l’alliance inattendue entre un flow DMV et une prod funk, le tout avec un rap très référencé, jovial et surtout très entrainant.

Private Club (cover)

Private Club

Jazzy Bazz, EDGE, Esso Luxueux

Projet nocturne à l’ambiance marquée, Private Club est la réunion inattendue de trois rappeurs exceptionnels le temps de dix titres et une interlude. Excellemment bien produit, ce projet nous offre une floppé de bangers où les fulgurances s’enchaînent pour notre plus grand plaisir. Racontant chacun à leur façon la ride et la fête parisienne, les trois artistes trouvent leur place sur chaque morceau et se complètent parfaitement aussi bien dans leur propos que dans leur interprétation.

Damso - QALF infinity (cover)

QALF infinity

Damso

Avec ces onze titres, Damso vient compléter à la fois son album QALF paru l’année dernière, mais aussi l’alphabet grec qu’il avait commencé avec Ipseité. Des morceaux poignants, percutants et touchants qui nous présentent un Damso au sommet de son art. QALF infinity sonne comme un aboutissement dans la carrière du rappeur et nous plonge dans l’univers musical qu’il a façonné pendant de nombreuses années, le tout avec une justesse inégalable et une beauté extraordinaire.

Sopico - Slide

Slide

Sopico

Sans doute le plus beau clip de cette année 2021, « Slide » a annoncé la sortie de Nuages, le premier album de Sopico. Musique puissante accompagnée d’un visuel tout aussi percutant et original, ce morceau nous annonçait le style de l’album : acoustique, naturel et singulier. Si le projet s’avère être (positivement) beaucoup plus calme et personnel, ce premier extrait aura permis au rappeur de frapper très fort pour son retour.

Plus d'articles

Rap FR 2020

la rétrospective

Fantôme avec chauffeur

Benjamin Epps

L'étrange histoire de Mr.Anderson

Laylow