laloge

Le piège du streaming

10 projets absents des plateformes

15 mai 2021

Depuis plusieurs années maintenant le rap est le genre musical le plus écouté en France. Cette popularité on la doit notamment au streaming qui a complètement révolutionné l’industrie en changeant notre façon de consommer la musique. Pourtant, il y a une quinzaine d’année le marché du rap français était au plus bas. Le format physique était alors le seul moyen pour un artiste de commercialiser sa musique, et avec le développement d’internet on a pu assister à la montée en puissance du phénomène des téléchargements pirates. Avec un public jeune ayant un faible pouvoir d’achat et une forte activité sur le net, c’est le rap qui a le plus subi cette crise. Mais avec l’émergence des réseaux sociaux et de certains sites web, des acteurs du milieu ont décidé de ne pas suivre les codes commerciaux traditionnels et d’adopter des stratégies plus modernes. Ainsi au début des années 2010, certains artistes font le choix de rendre leurs projets disponibles en téléchargement gratuit, car il s’agissait alors d’un moyen simple de partager sa musique et de se faire connaître en étant indépendant et sans avoir besoin d’investir de l’argent.

Aux Etats-Unis, c’est Datpiff le site référence lorsqu’on pense au téléchargement gratuit. Son équivalent français était alors Haute Culture, qui a pu héberger des mixtapes qui ont révélé des artistes comme Hamza avec H24 sorti en 2015, 13 Block avec ULTRAP sorti en 2016, ou encore Lorenzo avec Empereur du sale sorti en 2016 et qui a longtemps été le projet le plus téléchargé du site. La domination des plateformes de streaming payantes au fil des années à remis en question cette méthode de proposer de la musique gratuite au public. Ainsi, les trois projets cités ont fini par être disponible en streaming. Aujourd’hui le site Haute Culture a changé sa ligne éditoriale et n’héberge plus de projets  ce qui est révélateur sur la place du streaming payant dans le mode de consommation. C’est le site Upstarzz qui l’a remplacé comme hébergeur principal pour les mixtapes gratuites.

Cependant les projets gratuits existent toujours aux États-Unis notamment, avec l’exemple de Lil Wayne dont le dernier projet No Ceilings 3 est disponible gratuitement sur Datpiff. Rendre sa mixtape disponible gratuitement est compréhensible car Lil Wayne utilise des faces B pour rapper, c’est-à-dire des instrumentales qui ne lui appartiennent pas. Avant de commercialiser ses morceaux, clearer les samples s’il y en a, et déclarer les crédits sont des conditions obligatoires pour éviter les conflits juridiques. Ainsi certains projets ne se retrouvent finalement jamais sur les plateformes de streaming

Aux Etats-Unis, des projets considérés comme des classiques sont toujours absents des plateformes. Par exemple la première mixtape d’A$AP Rocky, Live.Love.A$AP, qui l’a révélé, ou encore Days Before Rodeo, le deuxième projet de Travis Scott. En France le phénomène est le même : de nombreux albums n’ont pas été mis en ligne sur les plateformes de streaming. Ces projets se retrouvent alors malheureusement souvent délaissés voire oubliés. C’est pourquoi on vous propose aujourd’hui une sélection de 10 projets absents des plateformes qui méritent d’être toujours écoutés et de ne pas être effacés par le temps.


444 Nuits

Népal

Népal a toujours tenu à ce que ses projets puissent être écoutés par tout le monde et qu’ils soient, par conséquent, disponibles en téléchargement gratuit. C’est donc le cas de 444 nuits qui, même si certains morceaux se sont retrouvés dans la compilation 2016-2018, n’est pas entièrement disponible sur les plateformes de streaming (habituelles du moins). Projet intégralement produit par ses soins, on y retrouve toutes les références du rappeur mais également une grande part de sa personnalité. Népal nous y partage ses réflexions, ses colères et ses peines mais aussi ses envies et ses plaisirs, le tout avec une musicalité originale et un rap parfaitement maîtrisé. C’est dans une ambiance poétique et humble que Népal nous a offert cet EP à l’univers sombre dans lequel on retrouve à la fois le charme de son début de carrière et une exécution artistique aboutie. 444 nuits, comme tous les projets précédent son album Adios Bahamas, est gratuitement disponible en streaming et en téléchargement sur le site 444nuits.com.

En sous-marin

Alpha Wann & Nekfeu

Si l’association entre Nekfeu et Alpha Wann a toujours été sensationnelle, elle ne s’est réellement concrétisée que sur un unique projet en commun : En sous-marin. Sorti en 2011, quelques mois après l’EP La Source de 1995, ce projet a été fait en collaboration avec le duo de beatmakers Basement Beatzz qui s’est amusé à sampler de grands succès américains pour créer les instrumentales (ce qui peut expliquer pourquoi l’EP n’est pas sur les plateformes). On y retrouve la fougue du début de Nek et Alpha qui ne pensaient alors qu’à rapper et à s’amuser. C’est un projet qui peut encore s’écouter aujourd’hui mais plus par nostalgie que par réelle découverte musicale ; Alpha Wann s’est d’ailleurs déjà exprimé sur le fait qu’il ne l’aimait pas. En effet, les neuf morceaux ne ressemblent pas vraiment à ce que les deux rappeurs peuvent faire de nos jours ; la création d’un univers ou le développement de thématiques n’étaient pas le but de l’EP où le fond n’est pas toujours important. En sous-marin c’est une certaine énergie, une envie de s’amuser et en même de temps de divertir les autres, ce qui en fait un projet toujours agréable à écouter surtout lorsqu’on l’a découvert avant le succès des deux artistes.

Les Princes de la ville

113

Bien que les rumeurs d’une réédition aient été fréquentes, le classique Les Princes de la Ville du 113 se trouve être, comme beaucoup d’albums des années 90, indisponible sur les plateformes de streaming notamment en raison de la disparition des ayants-droits de base et du manque de démarche de la part des nouveaux. Avec un immense succès critique comme commercial à sa sortie, c’est un disque majeur dans l’histoire du rap français qui doit bien sûr sa qualité à AP, Mokobé et Rim'K mais aussi à Manu Key qui a participé à la réalisation de l’album et surtout à DJ Mehdi qui nous livre ici ses plus belles performances. En effet le producteur de génie offre dans cet album une musique riche et novatrice qui mélange les sonorités hip-hop, électro, arabes, funk ou encore classiques. Cette diversité trouve une cohérence dans sa singularité qui va permettre au groupe de s’exprimer plus librement et donc de représenter un rap à la française où les artistes mettent en avant leurs origines et leur mode de vie plutôt qu’imiter un style américain. Avec un rap simple, brut et très naturel, les trois artistes nous racontent leur quotidien de fils d’immigrés évoluant à Ivry-sur-Seine. Au-delà de sa pertinence musicale et de son caractère chaleureux, c’est un projet très plaisant à écouter car il est le symbole d’une génération, d’une population et d’une musique qui veut s’affirmer. Objectif atteint car le 113 recevra quelques mois après la sortie deux Victoires de la musique, celui du meilleur album rap de l’année et celui de révélation du public, et car ce disque demeure encore aujourd’hui une véritable référence dans le rap français (et même plus).

Pi'erre & Cardo's Wild Adventure

Pi’erre Bourne & Cardo

En ayant placé pour de nombreux artistes américains comme Drake, Playboi Carti, Kanye West ou encore Travis Scott, Pi'erre Bourne est principalement connu en tant que producteur, mais il est également rappeur ! Après avoir poster sur Soundcloud de nombreuses mixtapes, il sort en 2019 son premier album sur les plateformes, The Life of Pi’erre 4 produit entièrement par lui-même et quatrième volet d’une série débutée trois ans plus tôt. Pour teaser l’arrivée de cet album, il dévoile la mixtape Pi'erre & Cardo's Wild Adventure le 25 décembre 2018 en collaboration avec le producteur Cardo, qui a notamment participé au morceau « Goosebumps » de Travis Scott et « God’s Plan » de Drake. Sur ce projet, Cardo nous offre des instrumentales d’une grande qualité qui permettent à Pi’erre Bourne, qui rappe sous autotune, d’explorer d’autres sonorités que les siennes dont les « Pierre Bourne type beats » sont légion sur Internet. Cette mixtape, qui est disponible sur Soundcloud et Datpiff, a permis au public de considérer Pi’erre Bourne comme un artiste à part entière et plus seulement comme un producteur. Il reste tout de même un rookie dans le milieu avec un unique album solo.

Sur la route du 3.14

Jazzy Bazz

C’est en 2012 que sort Sur la route du 3.14, le premier projet de Jazzy Bazz. Alors qu’il vient de prouver ses talents de punchlineur dans les Rap Contenders et de kickeur dans de nombreux freestyles avec L’Entourage, le rappeur décide de proposer quelque chose de différent en montrant d’autres facettes de lui. On y retrouve bien évidement des textes techniques avec des phases percutantes, mais on découvre également des morceaux plus personnels remplis d’émotion. Si la ville de Paris, la vie nocturne et la ride sont des thèmes omniprésents dans ses albums, c’est bien avec ce projet qu’ils ont été introduits dans sa musique. Les samples et les faces B de morceaux des années 90 sont au cœur du projet mais sont loin de le rendre kitch car Jazzy Bazz les abordent avec une certaine nostalgie et une touche de modernité : un mélange qui représente bien l’ambiance et le style rétro de son collectif Grande Ville. C’est l’utilisation de ces instrumentales qui ne permet malheureusement pas au projet de sortir sur les plateformes de streaming.

Olyside

OBOY

Sorti en 2016, ce premier projet solo de OBOY est composé de sept titres aux ambiances nocturnes, froides et planantes ; un style que l’on avait pu découvrir quelques mois plus tôt avec le projet Hoverboard de son groupe Way Boto. Avec un flow nonchalant et des textes crus influencés par le « mumble rap » américain, OBOY nous propose ici une musique plutôt sombre. Souvent associé à la scène Soundcloud du rap français, il faisait alors parti d’une nouvelle génération de rappeurs qui était caractérisée par une musique alternative et par l’utilisation de « Type beats » (même s’il collaborait déjà avec des beatmakers comme Myth Syzer ou Tommy on The Track). C’est un EP qu’il est intéressant de découvrir car on y retrouve la plupart des éléments de son univers actuel, ce qui permet de mieux comprendre l’évolution de sa musique entre chacun de ses projets.

Big Budha Cheez & DJ Med Fleed

Big Budha Cheez

Comme beaucoup d’artistes qui ont démarré leur carrière juste avant l’arrivée du streaming, le duo Big Budha Cheez ne commercialisait pas ses premiers projets. Ainsi en 2013 il dévoile un EP gratuit, fait en collaboration avec DJ Med Fleed, qui est d’ailleurs toujours disponible en téléchargement libre ici. Avec une attitude à la fois décomplexée et très charismatique et une aisance à rapper déconcertante, Prince Waly et Fiasko Proximo nous font découvrir leur ville, Montreuil, dans laquelle ils déambulent tous les soirs en bande. Cette ambiance de balade nocturne peut se rapprocher de celle du projet Une nuit avec un Bon Gamin de Loveni, un proche des rappeurs montreuillois, mais s’en démarque par son imagerie et ses sonorités qui rappellent le rap newyorkais des années 90. Marqué par une époque et des influences classiques du rap, ce projet, qui est peut-être le meilleur du duo, est pourtant toujours aussi efficace et reste encore aujourd’hui très agréable à écouter.

Shine

Di-Meh

En 2016 Di-Meh dévoile son EP Shine qu’il rend disponible en téléchargement gratuit sur Haute Culture. Cet EP s’avère avoir été très important dans la carrière du rappeur car en plus d’être son dernier projet à ne pas être commercialisé, il a marqué un réel tournant dans son style musical. Même si Di-Meh avait jusque-là toujours partager une musique remplie d’énergie et plutôt originale, il propose ici des sonorités plus expérimentales assez éloignées des morceaux boom bap dont il avait alors l’habitude. En plus de contenir « Hit A Lick », qui est sans doute un des meilleurs morceaux de la carrière du rappeur, ce projet marque le début d’un style bien particulier, celui d’une musique alternative qui donnera quelques temps après l’identité et la couleur musicale de la SuperWak Clique.

La Haine

(Musiques inspirées du film)

Si nombreuses sont les personnes des nouvelles générations qui connaissent La Haine et son impact, beaucoup ignorent l’existence de l’album réunissant les musiques inspirées du film qui a lui aussi eu son importance dans l’histoire du rap français. A l’instar de Rapattitude, ce projet fait partie des grandes mixtapes du rap français qui réunissaient des rappeurs de tous les horizons. De MC Solaar à La Cliqua en passant par Assassin, IAM ou Expression Direkt, on y retrouve un large éventail d’artistes actifs dans les années 90. Rythmée par des extraits sonores du film, la mixtape nous offre des morceaux forts où chacun exprime, souvent avec beaucoup de colère, ses mécontentements et ses revendications, en témoigne le mythique morceau « Sacrifice de poulet » de Stomy Bugsy du Ministère A.M.E.R. Cette BO (inspirée) permet donc d’amplifier le message du film et d’enrichir la vision que l’on peut avoir sur la situation des banlieues et des jeunes qui y grandissent.

Je sais plus

Jorrdee & DJ Weedim

Projet commun entre Jorrdee, ex-membre du 667 et représentant majeur du rap alternatif de la dernière décennie, et DJ Weedim, producteur aux placements nombreux et variés, Je sais plus comprend cinq titres aux instrumentales trap et aux ambiances planantes : mélange original et intriguant qui vaut le détour. Il fait partie des nombreux projets de Jorrdee qui en plus de ne pas avoir été commercialisés, ont été volontairement supprimés de toutes les plateformes de streaming sur lesquelles ils se trouvaient. Le rappeur souhaitait ne garder qu’un public fidèle, qui lui ressemble et qui le comprend.

Rédaction : Loris N. / Alxs

Plus d'articles

Rap francophone 2021

La rétrospective

Les rappeurs face aux leaks

TRAP

rap, drogue, argent, survie