laloge

Tana Talk 4

Benny The Butcher

14 mai 2022

« They wanna know what I brought to Griselda, I say “Validity” ». Punchline irréfutable puisqu’en effet, grâce à Tana Talk 3 et The Plug I Met, Benny The Butcher a joué un rôle plus que précieux dans la consolidation du groupe Griselda. Mais ses albums solos ne sont pas les seuls évènement ayant participé à l’ancrage du groupe de Buffalo car pendant que ses cousins se frayaient un chemin chez Shady Records en 2017, Benny (et Westside Gunn) signent août 2019 un accord de gestion chez Roc Nation. Trois ans plus tard, Benny The Butcher revient hanter nos oreilles pour notre plus grand plaisir avec Tana Talk 4. « The Butcher comin n*gga ! »


« On god, the best rapper alive »

Le boucher arrive et il n’est pas seul car pour ce quatrième volet de Tana Talk, il s’entoure de la crème de la crème : Diddy, Boldy James, Stove God Cooks, 38 Spesh, ses confrères Conway The Machine et Westside Gunn, mais aussi J. Cole.

Le 28 janvier 2022 est dévoilé « Johnny P’s Caddy ». La collaboration est inédite et pourtant évidente ! De Jadakiss en passant par Black Thought ou encore Pusha T, les collaborations de Benny ont toujours été fructueuses comme peuvent en témoigner les retours sur son album The Plug I Met. En écoutant maintes fois la production signé The Alchemist, le rappeur s’interroge sur quel artiste aura la faculté de s’imposer sur ce son au thème rétrospectif qui deviendra l’intro de Tana Talk 4. Une personne ne tarde pas à venir s’introduire dans son esprit et cette personne, c’est J. Cole. Comme il l’a affirmé avec une conviction inébranlable dans l’émission Breakfust Club et au magazine Complex, pour lui J. Cole est l’un des plus grands lyricistes de notre époque ; et peut-on réellement le contredire ? Après quelques messages échangés à travers des contacts en commun et une rencontre, le rappeur de Francfort vient poser son couplet sur le titre « Johnny P’s Caddy » qui deviendra l’un des morceaux phares de l’album et dont la date de sortie rappelle également la date d’anniversaire de l’invité, « The best n*gga in a game », « Le vétéran » comme le surnomme Benny.

Trouvé par Westside Gunn, le titre de ce morceau fait référence à la Cadillac (que l’on retrouve sur la cover du single) que possédait le père de Benny. Benny explique le rôle qu’a eu cette voiture dans sa vie car c’est grâce à ce moyen de transport que lui et Westside Gunn ont pu se rendre dans des endroits qui leur ont permis de développer leur passion pour la musique.

Le boucher ou la machine ?

S’il y a bien une comparaison populaire dans la culture hip-hop que l’on ne cessera jamais de dresser et ça jusqu’à la fin des temps, c’est bien celle entre 2Pac et The Notorious B.I.G. ! Mais chaque discipline dispose d’une histoire à raconter qui oppose des antagonistes ; parfois parce que le contexte nous y oblige mais souvent par besoin de classifier pour mieux débattre (ou pas). Et ça, Benny le sait très bien puisqu’il totalise dans sa discographie une dizaine de collaborations avec Conway The Machine ; ce qui entraîne certains fans de Griselda à établir la fameuse comparaison : qui est le meilleur rappeur, le Boucher ou la Machine ? Pour les deux artistes, la réponse est la même : il n’y a pas match ! Tout comme Mike Tyson et Muhammad Ali.

 They compare the greatest to the greatest like Boston vs. the Lakers 
Benny The Butcher – Tyson vs. Ali

C’est sur le morceau « Tyson vs. Ali », la sixième track de l’album, que Benny et Conway se partage quatre minutes en affiliant plusieurs analogies. La première punchline donne immédiatement le ton et l’intention exprimée mais les deux rappeurs de Buffalo se réfèrent surtout à ces deux combats légendaires qui opposaient Muhammad Ali à Larry Holmes en 1980 et Mike Tyson à Larry Holmes en 1988, le tout sur une prod élégante de Daringer, producteur ayant travaillé aux côtés de Beat Butcha sur WWCD, le projet du trio Griselda.

De Buffalo à Paris

Avec ce quatrième opus de Tana Talk, Benny The Butcher confirme une nouvelle fois sa légitimité au sein du groupe ; avec des jeux de mots qui font sourire.

 Besides Con’ and West, tell me, who else I gotta respect ? 
Benny The Butcher – Johnny P’s Caddy

Le rappeur de Buffalo se surpasse à nouveau en nous offrant le meilleur de lui-même et comme il aime le répéter humblement « J’aime parler de vraies choses » ; ce qu’il fait dans « Thowry’s Revenge », « Billy Joe » ou encore « 10 More Commandements », morceau dans lequel il explique que « le but du jeu est de sortir du jeu » (référence à la drogue et aux histoires de gang) avec en plus un hommage rendu à Biggie, et avec en guest Diddy... À travers « Back 2x », Benny évoque sa place dans le monde du hip-hop et la difficulté d’en faire partie, toujours sur une production de Daringer et Beat Butcha qui rappelle les fin fonds de New-York. Le morceau gagne en popularité grâce à un live Instagram du rappeur dans lequel une partie du son avait été dévoilée pour notre plus grand plaisir... et celui de Boldy James.

 My style mixed with Boldy James now and 2Pac then 
Benny The Butcher – Back 2x

Ayant l’aval du gratin de la sphère hip-hop depuis un très long moment, Jay-Z et le Wu-Tang pour ne citer qu’eux, il était évident qu’il fallait s’attendre à un puissant raz-de-marée de la part de Griselda. Les discographies de chacun nous ont permis d’apprécier des styles différents entre Conway, Westside et Benny. À titre comparatif, l’esthétisme musical de Benny s’oriente vers un style plus moderne que ses confrères qui sont tournés vers un procédé plus cinglant et moins conventionnel par la voix, les productions ou les paroles.

On trouve à nouveau cette signature à travers Tana Talk 4. L’album se compose de douze morceaux pour une durée totale de 40 minutes, ce qui s’apprécie facilement quand d’autres artistes nous servent une véritable avalanche de titres parfois sans corrélation avec la direction artistique ; ce qui a d’ailleurs tendance à donner cette sensation de mauvaise satiété rien qu’à la vue de la tracklist. Ici tous les choix de Benny The Butcher sont faits judicieusement. La prise de risque se situe dans la volonté de se rapprocher d’un style plus traditionnel tout en y incorporant cette touche Griselda : brut, noir et sauvage. Avec toutes ces propositions, Tana Talk 4 se positionne à coup sûr comme l’un des albums les plus substantiels de l’année.


Après avoir bien mené sa barque, les désirs de Benny semblent s’orienter vers des ambitions toutes autres puisqu’il aurait déclaré dans une interview donnée au magazine XXL que son souhait serait de travailler avec des artistes comme Rihanna et Ty Dolla $ign. En attendant, il se pourrait prochainement qu’une collaboration Buffalo / Toronto voit le jour car oui, Drake et Benny se seraient rencontrés. En tout cas une chose est sûre, l’artiste de Buffalo est passé sur Paris le 4 mai dernier dans la célèbre salle du Bataclan. Un honneur pour lui qu’il avait évoqué sur Twitter à l’annonce du concert, qui aura été, sans grande surprise, une vraie réussite !

Rédaction : Ben Buckin

Plus d'articles

No Saints Under Palm Shade

Manila Grey

10 projets absents des plateformes

Les rappeurs face aux leaks