laloge

Georgio - XX5 (cover)

xx5

georgio

chronique

28 novembre 2018 par Alxs

Georgio a fait son grand retour vendredi dernier en dévoilant son nouvel album XX5 : un "retour aux sources" pour célébrer sa 25ème année.


Pour comprendre XX5, il faut d’abord connaître son créateur ; alors c’est qui Georgio ? Rappeur originaire du XVIIIème arrondissement de Paris, il sort son premier EP Une nuit blanche, des idées noires en 2011. Puis suit Mon prisme en 2012 et Soleil d’hiver, en collaboration avec Hologram Lo’, en 2013. En 2014, il dévoile les projets Nouveau souffle puis A l’abri, avant de partager Bleu noir, son premier album, en 2015. Fin 2016, son deuxième album, Héra, sort puis sa réédition, Ἥρα, est dévoilé en 2017. Début octobre il tease son troisième album, XX5, qu’il décrit comme le retour de l’homme de l’ombre. Et en effet, on a retrouvé avec cet album le Georgio d’il y a quelques années.

Ce retour aux sources à débuter quelques temps avant la sortie de l’album. En septembre il annonce une tournée de l’ombre : sept concerts secrets gratuits dans sept villes. Une façon de remercier le public qui le suit depuis le début et dont il a toujours essayé d’être au plus proche. Avec l’album en lui-même on retrouve aussi l’ancien Georgio. Certains morceaux comme « J’en sais rien », « J’me couche » ou encore l’excellent « J’roule » nous montrent que le rappeur sait toujours kicker et n’a pas peur de la vulgarité. Cet album marque également le retour des featurings. Il y avait certes quelques collaborations sur Bleu noir mais elles étaient présentes seulement sur les refrains ou sur les backs. Ici on assiste au retour de son duo avec Vald que l’on attendait avec impatience, et on découvre aussi une association incroyable avec Isha: les deux rappeurs transpirent le vécu et la sincérité, ce qui nous offre un magnifique morceau.

XX5 est un véritable renouveau. Dans Bleu noir il nous écrivait ses moments les plus sombres, c’était "les tâches d’encre sur sa feuille blanche". Avec Héra il nous a montré qu’il a appris à aimer la vie et qu'ainsi il avait tourné la page. Cet album nous montre qu’il est en train d’en écrire une nouvelle. La pochette, réalisée par N’Kruma et Romain Rigal, illustre bien cela : Georgio enterre sa jeunesse et nous apparaît désormais totalement décomplexé. Georgio marque d’ailleurs cette transition en enchaînant les morceaux « Hier » et « Aujourd’hui ». Lui qui faisait souvent référence à "l’enfoiré devant son miroir" l’a fait devenir homme grâce au morceau « Miroir ».

Cet album lui permet de faire un bilan de ses capacités, de regrouper tout le savoir-faire accumulé au cours de la réalisation de ses nombreux projets. On retrouve une sorte de story telling dans « Ça bouge pas » comme il avait déjà pu le faire avec « Svetlana et Maïakovski » et « Malik ». Il nous montre qu’il est également capable de faire un tube estival avec « Monnaie » ou encore de s’aventurer dans de nouveaux styles avec « Akira ». Il prouve à chaque morceau la puissance de sa plume et le talent qu’il a pour toucher l’auditeur au plus profond avec des mots simples. On notera aussi la puissance des titres « Haute Couture » et « 31 janvier ». Les nombreux beatmakers présent sur l’album apportent eux aussi une certaine diversité. On retrouve des artistes comme Myd, Vladimir Cauchemard, Woodkid, Eazy Dew ou encore Ico.

finalement, même si on retrouve des facettes assez anciennes de Georgio, on lui découvre une nouvelle attitude complètement décontractée. Le rappeur est désormais libre et nous offre surement son album le plus mature : il ose maintenant affronter ses problèmes passés et les observe avec beaucoup de recul et de sagesse. Dans « Les yeux en face des trous », il utilise cette sagesse pour nous aider. Avec ce nouvel album, Georgio montre une fois de plus son talent d’écrivain et ainsi sa capacité à toucher les cœurs, que ce soit avec sa musique ou simplement avec sa personnalité.


XX5 est un excellent projet qu’il faut absolument écouter, tout comme l’ensemble des projets plus anciens du rappeur. On vous invite également à suivre Georgio et à regarder ses apparitions autres que dans la musique car sa simplicité et sa sympathie sont toujours agréable à entendre.

contenu similaire