laloge

la diversité dans un album

dossier

18 novembre 2018 par Alxs

Qu'est-ce qu'un bon album ? Difficile de répondre simplement mais on peut tout de même affirmer avec certitude que pour aimer un album, il ne faut pas qu’il nous ennuie. Ainsi un bon album se doit de nous surprendre. L’artiste qui crée l’album devrait donc chercher à diversifier ses morceaux pour ne pas que l’ensemble soit redondant. On peut alors se poser plusieurs questions : comment mettre de la diversité dans un album ? Et quelle place donner à cette diversité ? C’est ce à quoi nous allons réfléchir à travers trois parties.


I – L’hyper diversité

De nombreux artistes ont suivi ce raisonnement et on connait donc beaucoup d’albums qui sont très diversifiés. Un exemple qui vient facilement à l’esprit est le premier album de Vald : Agartha. En effet, dans celui-ci tout est différent d’un morceau à l’autre. Mélodies, sonorités, thèmes et flows, tous changent : l’originalité de V.A.L.D lui permet de s’aventurer dans tous les styles, il tente de nouvelles choses sans crainte ce qui lui permet de faire tout ce que les autres n’osent pas faire. Ainsi, non seulement les morceaux ne se ressemblent pas entre eux mais ils ne ressemblent également à aucuns autres morceaux. Il semblerait alors qu'Agartha soit une représentation de la diversité à son niveau maximal.

Un autre album qui a également marqué 2017 peut être intéressant pour notre sujet. Je parle ici de Grand Cru, l’album de Deen Burbigo, qui, en plus d’être un excellent projet, est lui aussi très diversifié. Deen est arrivé là où on ne l’attendait pas, il est parvenu à donner à chaque morceau sa propre couleur. Les nombreux featurings permettent eux aussi de donner une réelle identité aux titres. Il est ici encore question d’audace de la part de l’artiste : il a osé sortir de sa zone de confort pour surprendre l’auditeur et ce intelligemment, c’est-à-dire sans se répéter dans l’album.

On peut alors se rendre compte que la diversité est souvent accompagnée d’originalité, de nouveauté et d'innovation. D’autres exemples nous le prouvent comme Je suis Big Daddy de Jok’Air ou encore Il suffit de le faire d’Ichon. La diversité ne se résume pas à changer de prod ou de thème, elle est l’aboutissement d’une direction artistique complexe (même si celle-ci peut être naturelle). Ainsi un album hyper diversifié permet à un artiste de montrer l’étendue de ses capacités ou encore de toucher un plus large publique. Cependant l’artiste pourrait vouloir ajouter un côté plus "artistique" au projet et instaurer une ambiance pour unir les morceaux.

II – L’ambiance

Des albums qui instaurent une ambiance tout le long de l’écoute, il y en a là aussi beaucoup. On peut par exemple citer Pacifique de Disiz La Peste. Une réelle atmosphère est mise en place et pourtant les morceaux sont assez différents entre eux. On peut expliquer cela avec la nouveauté que Disiz a apporté : le rappeur joue à de nombreuses reprises sur l’effet de sa voix, ce qu’il n’avait jamais fait avant et on ne retrouve pas cela non plus dans Disizilla. Le projet est fait avec un certain style qui lui ait réservé. C’est également le cas dans le projet GG Allin EP d’Heskis même s'il est plus difficile d’en être certain car il s’agit de son seul projet pour l’instant.

D’autres albums plus récents mettent eux aussi en place une réelle ambiance comme par exemple Nuit de Jazzy Bazz (on vous en avait d’ailleurs parlé quelques jours après sa sortie). Ici, les morceaux sont assez diversifiés et ils renvoient toutefois tous à une même chose : la vie nocturne. L’expression "se plonger dedans" prend alors tout son sens lorsque l’on se lance dans l’écoute. C’est un projet qui est réellement atmosphérique, il nous fait voyager et vivre aux côtés de l’artiste.

Très récemment, un autre artiste est parvenu à instaurer un décor autour de son projet : SCH avec son album JVLIVS. Cette fois-ci l’ambiance est plutôt visuelle et a pu être mise en place avec notamment les clips. On remarque un vrai côté cinématographique qui permet de pousser à la représentation et donc à l’imagination. Tous les morceaux sont faits pour être ensemble et être écouté à la suite. Créer une ambiance dans un album est certainement une des meilleures façons de toucher un auditeur et, en quelque sorte, de le faire participer au projet. Il faut cependant que cet auditeur soit sensible à cette atmosphère. Ainsi certaines personnes pourraient ne pas être sensible à cette recherche artistique qui n’atteindrait alors pas son but puisqu'elle pourrait même ne pas être remarquée. Mais il existe tout de même un autre élément qui pourrait permettre de rassembler les morceaux sans passer par un ressenti personnel : la cohérence.

III – La cohérence

Qu'est-ce que la cohérence ? Google dit que c’est une liaison, un rapport étroit d’idées qui s’accordent entre elles, on parle aussi d’absence de contradiction. Le rap français connaît donc plusieurs exemples parfaits pour illustrer la notion de cohérence. Deux grands noms du milieu nous viennent alors facilement à l'esprit : Damso et Nekfeu.

Du côté du rappeur belge, la cohérence est indéniablement présente dans ces deux derniers albums. Dans Ipséité, les styles sont assez diversifiés et pourtant ils se complètent tous. Chaque morceau nous dévoile une facette de l’homme qui les a créés. Ainsi on obtient finalement un projet complet sans manque ni excédent. Lithopédion est peut-être encore plus développé à ce niveau-là. Les morceaux s’enchaînent parfaitement et demandent chacun une attention particulière. On peut également noter les liens et les références subtiles entre ces deux albums. Chez Nekfeu on observe une autre forme de cohérence dans son album Cyborg : elle se trouve plutôt dans le fond. En effet, on apprend de nouvelles choses tout au long de l’écoute notamment grâce aux conseils donnés, aux éléments dénoncés mais surtout grâce au questionnement de l’artiste et à notre possible identification à lui. Ce que l’on peut tirer du projet est la présence d’une puissante volonté de faire prendre conscience à l’auditeur.

Myth Syzer nous fait lui aussi connaître l’expérience de la cohérence d’une nouvelle façon. Avec son album Bisous, il parvient a placer l’amour comme thème général de tous les morceaux. Ainsi chaque titre nous propose une vision différente de la relation amoureuse, ce qui fait que l’on obtient finalement une représentation générale de l’amour. C’est également ce qu’a fait A2H dernièrement avec son album L’Amour.


Une certaine diversité doit donc être présente dans un album. Mais cela ne signifie pas que tous les morceaux doivent être le plus différent possible. Au contraire, des relations réfléchies comme une ambiance commune ou une cohérence entre les morceaux sont très efficaces et permettent de toucher plus profondément.

On vous invite à découvrir les différents albums cités dans cet article si ce n’est pas déjà fait, ils font partis des meilleurs projets des trois dernières années. En espérant qu’ils vous plaisent.

contenu similaire