laloge

Lomepal - Jeanninne (cover)

jeannine

lomepal

chronique

19 décembre 2018 par Alxs

En 2016, Lomepal sortait ODSL, un mini EP qui annonçait clairement la couleur de Flip, son premier album sorti un an plus tard. « Sur le sol », le dernier morceau de cet album, et le style musical des nouveaux morceaux de Flip Deluxe ont, quant à eux, annoncé respectivement le fond et la forme de Jeannine.


Alors que l’on croyait connaitre toutes les facettes du rappeur grâce à sa diversité musicale, on découvre avec ce nouvel album un artiste plus mature et moins pudique qui nous permet de voir Antoine plutôt que Lomepal. Jeannine est sorti le 7 décembre et est déjà considéré par certains comme un des meilleurs albums de l’année. Propos discutables qui n’enlèvent néanmoins pas la beauté et l’excellence de ce second album que nous allons analyser sous trois aspects : la pudeur, la maturité et le positif.

Antoine, Lomepal sans pudeur

Flip était une réelle marque d’une attitude décomplexée de la part de Lomepal ; Jeannine, quant à lui, est la suite logique de cette évolution et nous présente donc une quasi-absence de pudeur qui rend l’album très personnel. Le rappeur s’est tellement décomplexé qu’il a eu le courage de mettre des extraits de discutions avec sa mère notamment dans l’interlude « Skit Mamaz » mais aussi à la fin des morceaux « Plus de larmes » et « Beau la folie ». Ce dernier est certainement le titre le plus représentatif du projet, il résume le message qui est fait passer sur tous les autres morceaux. C’est également sans aucun doute son morceau le plus personnel et le plus touchant. Il aura fallu plus de sept projets à Lomepal pour trouver les bons mots pour parler de cet aspect compliqué de sa vie et pouvoir créer un morceau comme celui-ci. En effet cet album nous montre que le rappeur a enfin réussi à savoir quelle était la meilleure façon de parler de ce dont il voulait parler. Ainsi pour cela il n’utilise pas que ses mots, il donne aussi la parole à sa mère ou encore à Roman Frayssinet dans « Skit Roman ». Mais le plus important c’est que ce qu’il veut dire n’est pas forcement fait par la parole : la musique a le plus grand rôle. Dans « Achille » il nous avait prévenu que plus il rapperait, plus il oserait chanter et c’est ce que nous montre cet album. La musique a une place majeure et Lomepal a travaillé avec de nombreux musiciens afin de trouver les mélodies et les sonorités qui conviennent le mieux. Ainsi on peut retrouver le travail de Superpoze, VM TheDon, Stwo, Vladimir Cauchemar, Mohave et bien sûr Pierrick Devin. Une musicalité importante au point de lui accorder le morceau qui conclut l’album : « Dans le livret ».

La nouveauté par la maturité

Lomepal se confie énormément sur ses problèmes de famille qui l’on fait grandir sans même le vouloir. Alors que l’égotrip était il y a quelques années sa marque de fabrique, il a quasiment arrêté d’en faire. On pourrait en voir dans « Ma cousin » mais en vérité il s’agit seulement de choses réelles. Lomepal est plus grand, a plus de recul et est plus serein en lui-même. Même s'il répète plusieurs fois qu’il est encore un môme, il montre sa maturité rien qu’en disant cela. Flip était paradoxalement plus fou que ne l’est Jeannine qui se trouve être bien plus calme, posé, et sage. Lomepal a fait cet album avec le cœur et en a soigné les moindres détails. Il a dit plusieurs fois en interview qu’il ne désirait pas faire un "Flip 2". Ainsi ce nouvel album est totalement différent et doit donc être abordé d’une manière différente pour pouvoir en saisir les plus petites subtilités qui touchent alors plus profondément qu’une simple écoute de découverte ou de curiosité.

Positif

La dernière fois que l’on avait parlé d’un « album positif » c’était pour qualifier Pacifique de Disiz La Peste, et il s’avère que Jeannine en est également un. En effet, Lomepal parle de choses assez dures et parfois tristes mais jamais en se plaignant ni en étant mécontent de ces choses. On ressort donc de cet album avec de bons sentiments. « La vérité » (ft. Orelsan) pourrait nous apparaître comme un morceau méchant mais en réalité il s’agit plutôt d’un conseil et donc d’une critique constructive (on peut également y voir une autocritique). Même si le rappeur raconte ses soucis familiaux et la complexité de ses liens avec les membres de cette famille, il retrouve du positif dans une autre famille : celle des amis. Ainsi il trouve du réconfort en invitant Roméo Elvis sur « 1000°C » et JeanJass sur « X-men ». Il fait aussi l’éloge de l’amitié avec « cinq doigts » en featuring avec son nouvel ami Philippe Katerine. Tout cela fait de Jeannine un album agréable et positif qui parle de choses vraies et belles.

Le peu de pudeur, la maturité et le positif que l’on retrouve tout au long de cet album créent une réelle sincérité touchante. Jeannine est un album profondément beau qui nous fait voir la beauté de la folie à travers des mots justes et une musicalité émouvante. On comprend désormais beaucoup de paroles énoncées dans les projets précédents. Cet album a largement le potentiel de changer le monde au moins autant que l’a fait Flip.


On vous invite à écouter Jeannine et à tenter de saisir ses détails. C’était le dernier article de cette merveilleuse année 2018, on vous souhaite une bonne fin d’année et on se retrouve en 2019 avec plein de nouvelles choses !

contenu similaire