laloge

Jazzy Bazz - Nuit (cover)

nuit

jazzy bazz

chronique

10 septembre 2018 par Alxs

Jazzy Bazz, aka L’homme au sourire, a dévoilé Nuit, son second album, ce vendredi 7 septembre. Retour sur ce projet qui s'impose déjà comme une sortie importante de cette nouvelle rentrée et sur son créateur, un artiste à la carrière exceptionnelle.


On a pu découvrir Jazzy Bazz dès 2011 grâce à ses performances exceptionnelles durant les Rap Contenders ; c’est d’ailleurs cette même année que sort « On verra bien », son premier morceau solo. En 2012, c’est au tour de son premier EP de voir le jour. Le projet s’appelle Sur la route du 3.14 et est en majorité composé de faces B. Le MC réussi parfaitement à s’approprier les instrumentales et montre une fois de plus sa puissance d’écriture que l’on avait déjà pu observer lors des RC. On le retrouve en 2014 dans le classique Jeunes Entrepreneurs de L’entourage, puis début 2016 avec la sortie de son premier album intitulé P-Town. On sait alors que Jazzy Bazz est obsédé par le rap, passionné par le foot et amoureux de sa ville. Il parvient à créer un univers autour de son album tout en diversifiant les styles, les thèmes et les sonorités.

En parallèle, il sort quelques morceaux avec Esso Luxueux avec qui il forme le duo Cool Connexion, et il développe son label/studio/collectif Grande Ville dans lequel on peut retrouver des artistes comme Jimmy Whoo, Lonely Band, Monomite ou encore le très bon Dijor Smith qui réalise la plupart des clips du Jazz.

Il fait son retour en solo juste avant l’été avec « El Presidente » puis annonce quelques semaines plus tard que la sortie de son deuxième album est prévue le 7 septembre. Il profite de cette annonce pour dévoiler la magnifique pochette du projet réalisée par l’excellent David Delaplace, ainsi que la tracklist qui nous apprend que l’album comportera 12 titres et de nombreux featurings. Depuis, il nous a partagé le morceau « Leticia » issu de l’album, mais également « Charles Bronson », ainsi que le freestyle « Feu Grégeois ».

Nuit est donc dévoilé le 7 septembre. Dès la première écoute on comprend que l’album raconte une des nuits du rappeur ; les morceaux « Crépuscule », « Minuit » et « Cinq heure du matin » nous font comprendre la chronologie qui est suivie : chaque titre (ou presque) représente une heure qui passe.

« Crépuscule », 19h : Le soleil commence à décliner, la nuit tombe doucement, Nuit débute. On assiste à la naissance des premières pensées et réflexions nocturnes de Jazzy Bazz.

« El Presidente », 20h : Le rappeur éveille son esprit, il s’amuse à se vanter et à vanter son équipe. Il n’hésite pas à dénoncer et à être un peu plus agressif.

« Eternité », 21h : Le poto Nekfeu rejoint le putain de Jazz. Ce dernier nous parles "des ronds de fumée", on comprend vite que les deux rappeurs vont sans doute consommer de la drogue afin d’allumer tous leurs sens et ainsi augmenter leur lucidité. C’est ce qui les amène à se questionner sur la mort et le temps qui passe.

« Leticia », 22h : C’est au tour d’une certaine Leticia de faire son entrée. Leticia c’est la femme que tout le monde aime (y compris Jazzy Bazz) mais qui n’aime pas en retour. Jazzy Bazz profite alors de cette nuit et de ce morceau pour lui déclarer son amour mais surtout ses envies, ses désirs et ses fantasmes.

« Buenos Aires-Paris », 23h : Les fantasmes se changent en rêves, ses rêves lui rappelle ses origines argentines et le font donc voyager jusqu’à Buenos Aires. Il nous offre alors une bonne dose d’égotrip avant de reprendre l’avion direction la capitale française. C’est là qu’il nous raconte la multitude de ses déplacements.

« Minuit », 00h : L’avion atterrit à Paris, il est minuit tout pile ; étrangement ce ne sont pas les douze coups du clocher qui résonnent mais la magnifique voix de la belle Sabrina Bellaouel.

« Sentiments », 00h01 : Lonely Band rejoint Jazzy Bazz pour lui parler de ses sentiments envers une femme. Ce dernier met en garde son ami, mais il ne l’écoute pas et c’est quelques temps plus tard qu’on lui fera le reproche d’avoir privilégié les femmes aux amis. Un storytelling original et inédit.

« Stalker », 01h : Nekfeu, Bonnie Banane et Jazzy Bazz reviennent sur (une de) leur(s) ancienne(s) relation(s), ils avouent encore espionner leur ex.

« Insomnie », 02h : La nuit est tombée depuis plusieurs heures, la fatigue commence à se ressentir mais l’insomnie est présente. Esso Luxueux et Alpha Wann débarquent et nous décrivent leur ville la nuit un soir d’insomnie.

« Parfum », 03h : La fatigue prend de plus en plus d’importance, on s’assoit et on ferme les yeux. Les odeurs commencent à monter aux narines, les parfums font rejaillir des souvenirs. Jazzy Bazz se remémore quelques-unes de ses expériences olfactives et nous les décrit.

« Rue du soleil », 04h : Jazzy Bazz nous fait part de sa nostalgie, de sa solitude et de sa souffrance dû aux autres qui ne le comprennent pas ; il nous explique que la musique l’aide. Son ami Monomite est là lui aussi.

« Cinq heure du matin », 05h : L’homme au sourire s’enivre, ce sentiment d’ivresse qu’il aime tant lui fait se sentir invulnérable. Il prend sa voiture et se met à rouler à toute vitesse dans les rues de Paris. Il nous parle d’une femme qui lui a fait croire en l’amour, il veut la rejoindre mais hésite à l’appeler.

C’est sur ces notes que se conclut le chef d’oeuvre qu’est Nuit. Jazzy Bazz est parvenu à surprendre tout le monde avec cet album. Le rappeur du XIXème a atteint un niveau d’écriture tellement haut qu’il peut raconter et décrire toutes ses nuits en une seule et ainsi créer un projet comme celui-ci. On retrouve Bazz dans des styles dans lesquelles on ne l’imaginait pas ; et ça fonctionne incroyablement bien ! Toutes les instrumentales sont extraordinaires et le mixage est impeccable. L’album est sophistiqué à tous les niveaux, les transitions entre les morceaux sont parfaites ; on retrouve d’ailleurs de nombreux liens entre les morceaux du projet mais également quelques-uns avec l’album précédent. L’idée de cet album est innovante et osée, on voudrait que cette nuit se répète jusqu’à l’éternité, le Jazzy Bazz ne fait qu’exceller.


On vous invite vivement à écouter Nuit ainsi que tous les autres morceaux de Jazzy Bazz. On profite également de cet article pour vous inviter à réécouter la discographie de Mac Miller, sa mort est une grande tristesse pour la musique, il va beaucoup nous manquer. REP.

contenu similaire